Thursday, September 29, 2005

Trakl: Na Sombra

DANS L'OMBRE


L'âme tait le printemps bleu.
Sous les branchages humides du soir
Sombra dans les frissons le front des amants.

Ô la croix verdoyante. Dans de sombres paroles
L'homme et la femme se sont connus.
Près du mur dépouillé
Erre le solitaire avec ses astres.

Sur les chemins éclairés de lune de la forêt
Sombraient les lieux sauvages
De chasses oubliées; le regard du bleu
Jaillit de roches en ruine.

(Georg Trakl, Crépuscule et Déclin, Gallimard, 1972,
traduit par Marc Petit et Jedan-Claude Schneider)