Saturday, August 18, 2012

Souvenir des jours heureux


Les jeunes mères dans l’après-midi de la ville que le soleil chauffait de ses rayons brûlants pressaient contre leur poitrine les enfants qui pleuraient. D’autres enfants, autour de la table du café, riaient et criaient. Je les regardais de loin, le souvenir des jours heureux envahissait mes pensées. Je ne me plaignais pas. Je sais qu’aucun sourire, aucun rêve ne résistera au temps qui d’abord bâtit et ensuite, indifférent, dans sa besogne détruit ce qu’il a fait naître.