Thursday, March 14, 2013

Regrets


Bien sûr, l’avenir est plein
de promesses. Avant de
se vider, la boîte se remplit.
Cela se comprends aisément.
L’espoir, les projets, arriver.

Te lèverais-tu le matin pour
aller chercher ce qui t’es dû
si tu connaissais d’avance
que la boîte où scintillent
les diamants n’est qu’une

souricière pour attraper les
couillons ? Ah, les grandes
émotions, la sincérité, ah, les
rêves d’amour et de grandeur.
Tout cela embellira le résumé

da la vie du décédé. Et le néant
le prendra, indifférent, dans les
bras de son immensité vide, de
son silence sans profondeur.
Nous ne sommes que le charbon

où brulent les passions, où se
consomme en espoir l’avenir
qui jamais n’aura lieu. Point
de passage du soleil en route
vers le néant. Le temps s’amuse

à nous voir courir pour rien.
Le Créateur a mille fois déjà
regretté sa création, tout a
mal tourné, rien n’a été comme
il l’avait imaginé. Ne nous racontez

pas des histoires, Dieu, qui qu’il
soit, n’est pas tout à fait bête. Mais
il a surévalué ses pouvoirs et la
perfection des machines qu’il a
fait tourner et mis sur terre. Le

jouet s’est détraqué. Avait-il subi
les testes préalables, a-t-il été
mis à l’épreuve avant d’être
déposé sur terre et mis en
fonctionnement? On peut en

douter. Si ce n’était que ça, si
tout n’était qu’une version du
chat courant aprés la souris,
valait-il la peine de se donner
tant de travail ? Les belles fleurs,

les jolis poissons, les animaux du
Zoo, les couchers de soleil, les
fleuves et les  montagnes. Il n’a
même pas oublié les papillons
avec ses ailes où s’annonçait

la modernité de l’art. Et tout ça
pour nous séduire, pour nous
rendre heureuse l’existence
qui pourtant s’annonçait difficile. 
Je ne lui en veut pas. Ça ne servirait

à rien de vivre dans l’amertume. Mais
il ne fallait pas nous donner la capacité
de comprendre, cela aurait été mieux
de nous laisser, comme les autres bêtes,
emprisonnés dans la fatalité biologique.